GALLERY
RARE GRAVURE FIGURANT NAPOLÉON III EN TENUE DE SACRE
€ 1800
RARE GRAVURE FIGURANT NAPOLÉON III EN TENUE DE SACRE
PROVENANT DES DUCS DE MOUCHY
€ 1800
Object N° 2015

Lithographie.

Épreuve avant la lettre, non titrée.

Par Augustin Burdet (1798-1871) à Moreuil (Somme).

Imprimé par Alfred Chardon Jeune à Paris.

Époque Second Empire.

Dans un grand cadre en bois noirci mouluré de style Napoléon III.

Très bon état.

À vue : H. 68 x L. 45 cm.

Cadre : H. 94 x L. 71 cm.

Provenance

- Collection de Charles-Philippe-Henri de Noailles (1808-1854), 4e duc de Mouchy, et de la duchesse Anne-Marie-Cécile de Noailles (1812-1858).

- Puis par descendance.

Historique

Bien que Napoléon III ne fut jamais sacré contrairement à son oncle Napoléon Ier, cette très rare gravure le représente en tenue de sacre ; elle n'est pas sans rappeler celle de Napoléon Ier d'après David, laissant à penser que cette similitude n'a d'autre but que de faire entrer Napoléon III dans une légitimité et une continuité dynastique impériale.

Nous ne connaissons pas d'autre gravure dans cette représentation si ce n'est le très officiel et très répandu portrait de Napoléon III par Winterhalter.

Avant la lettre, notre gravure fut certainement réalisée à diffusion très restreinte et donnée à l'entourage immédiat de l'Empereur, comme le témoigne la provenance des Ducs de Mouchy, dont l'épouse était une proche et dame d'honneur de l'impératrice Eugénie (la Duchesse de Mouchy figure dans le fameux Décaméron de Winterhalter). Nous savons aussi que le couple impérial était régulièrement reçu à Mouchy-le-Châtel, non loin de Compiègne.

Ainsi, notre gravure revêt un caractère historique tant par la provenance que par le côté inédit du sujet. Si cette gravure d'un portrait impérial se révèle être une découverte, nous ne connaissons pas à ce jour le nom de son auteur ni même l'existence du tableau qui aurait pu inspirer le graveur Burdet pour la réalisation de son œuvre.

Biographie

Augustin BURDET (1798-1870), graveur français, élève de Pierre-Narcisse Guérin à l'école des Beaux-Arts de Paris. Après une formation aux sujets mythologiques (Cupidon et Psyché, 1824), Burdet verse dans les sujets historiques de la Grande Histoire, tels la bataille des Pyramides, ou la Prise de la Smala d'après Horace Vernet.

Ce portrait de Napoléon III est une œuvre tardive dans la carrière de l'artiste qui signe là l'une de ses toutes dernières œuvres, si ce n'est la dernière.