GALLERY
Assiette en porcelaine de Sèvres à décor botanique
€ 850
Assiette en porcelaine de Sèvres à décor botanique
Livrée à Jean Vatout, bibliothécaire du roi Louis-Philippe.
€ 850
Object N° 574

Le marli à fond violet est décoré d'une mosaïque de losanges stylisés orné de cartels de fleurs polychromes toutes différentes (frise n°12 à Sèvres dessinée en 1820, voir illustration), le centre orné d'une rosace en or entourée d'une frise de feuillages en or, filet or sur le bord.

Fêles de cuisson.

Manufacture royale de Sèvres, 1820.

Marque au tampon bleu et marque du peintre Desnoyers-Chaponnet aîné (actif 1813-1828).

D. 24 cm.

Provenance

Service à dessert de 69 assiettes décrit "décor mosaïque par impression sur fond violet, petits cartels de fleurs, frise et rosace en or" entré au magasin de vente le 15 novembre 1823, (Arch. MNC, Sèvres, Vv1, 205 v°, 35), livré le 7 mai 1846 à M. Jean Vatout (1791-1848), homme politique et bibliothécaire du roi Louis-Philippe (Vbb11, 9 v° et Pb4, 1819, n°16).

Oeuvres en rapport

Une série de 12 assiettes datées de 1820 à 1824, est passée en vente chez Christie's NY, 23 octobre 1998, lot 2.

Historique

Secrétaire de Boissy d'Anglas jusqu'en 1814, Vatout fut sous-préfet de Libourne pendant les Cent-Jours, puis sous-préfet de Semur-en-Auxois de 1819 à 1820. À partir de 1822, il fit partie de la maison du duc d'Orléans avec le titre de bibliothécaire ; il devint premier bibliothécaire du Roi en 1832. Selon une rumeur, il aurait été un fils naturel de Philippe-Égalité, et donc un demi-frère de Louis-Philippe. Celui-ci appréciait la gaieté de son caractère et ses chansons gauloises. Après 1830, il fut conseiller d'État, président du Conseil des bâtiments civils, président de la commission des monuments historiques (1837) et député de Semur de 1831 à 1848. Il encouragea les débuts littéraires d'Alexandre Dumas. Après plusieurs tentatives infructueuses, il fut élu à l'Académie française le 6 janvier 1848. Il suivit dans l'exil Louis-Philippe, au château de Claremont, dans le Surrey (printemps 1848). La tuyauterie en plomb de ce château étant vétuste, Vatout tomba malade et mourut d'un empoisonnement par saturnisme peu de temps après.